La Vie parisienne
Offenbach

Prochainement en France :

17 - JONZAC
 CINÉMA LE FAMILIA - 10/02/2020
69 - BELLEVILLE
 CINÉMA LE SINGULIERS - 15/12/2019
74 - THÔNES
 CINÉMA EDELWEISS - 24/01/2020
94 - LA VARENNE-SAINT-HILAIRE
 CINÉMA 4 DELTA - 01/12/2019
95 - VAURÉAL
 Y CINÉMA L'ANTARÈS - 06/12/2019





ENREGISTRÉ À L'OPÉRA NATIONAL DE LYON

La Vie parisienne fut créée en octobre 1866, à la veille de la grande exposition universelle. Offenbach est au sommet de sa gloire, dans un Paris plus que jamais ville des plaisirs. L'œuvre se veut comme une caricature de la société de l'époque, alimentée par sa folle poursuite de l'amour, ses fêtes mondaines et son pétillement continu...
Le baron de Gondremarck vient de débarquer à Paris, il est suédois. C'est froid la Suède, c'est austère et les hivers sont longs. C'est pourquoi le baron veut profiter de son séjour pour rattraper le temps perdu et "s'en fourrer jusque-là". Mais il est accompagné de sa femme, une baronne suédoise... Cette beauté scandinave, le vicomte Raoul de Gardefeu veut la séduire et, si possible, beaucoup plus... Pour y réussir, il s'improvise guide du couple, l'installant dans son hôtel particulier qu'il fait passer pour le Grand Hôtel. Et pour mieux l'avoir elle, pour lui il organise des fêtes en trompe-l'oeil, avec de faux invités en pagaille – veuve de colonel, major, prince, amiral... - et de vraies Parisiennes pour de vraies séductions... Le baron s'en grise.

Opéra-bouffe en quatre actes (1873)
Musique de Jacques Offenbach
Livret de Henry Meilhac et Ludovic Halévy

Direction musicale : Sébastien Rouland
Mise en scène et costumes : Laurent Pelly
Orchestre et Chœurs de l'Opéra national de Lyon

Marc Callahan, Bobinet
Jean-Sébastien Bou, Raoul de Gardefeu
Maria Riccarda Wesseling, Metella
Laurent Naouri, Le Baron de Gondremarck
Michelle Canninnioni, La baronne
Marie Devellereau, Gabrielle
Jean-Paul Fouchécourt, Frick
Jesus Garcia, Le Brésilien
Christophe Mortagne, Prosper
Brigitte Hool, Pauline
Jean-Louis Meunier, Urbain
Claire Delgado-Boge, Léonie

Réalisation : François Roussillon
2h20 plus un entracte